Apprends-nous à déposer notre « oui » dans le tien, nous, membres de ton Église :
en paroisses ou en communautés, retirés au désert, enfouis dans le monde ou en mission...
multiples visages qui reflètent la diversité des appels que tu déposes en nous...

Don Bosco nous dit :


  | Don BOSCO nous dit:





mercredi 15 août 2018

Réjouis-toi, Marie, comblée de grâces

Bonne Fête !



Remplis ma bouche, ô Marie,
de la grâce de ta douceur.
Éclaire mon intelligence,
toi qui as été comblée de la faveur de Dieu.

Alors ma langue et mes lèvres
chanteront allègrement tes louanges
et plus particulièrement
la salutation angélique,
annonciatrice du salut du monde,
remède et protection de tous les hommes.

Daigne donc accepter que moi,
ton petit serviteur,
je te loue et te dise
et redise doucement :
"Réjouis-toi, Marie, comblée de grâces."

Saint Ephrem (v.306-373)

| Voir la vidéo du jour ►   et   notre soleil du jour ►

https://www.coopdonbosco.be/marieevangile/intro/intro.html




mardi 14 août 2018

Être poli avec la vie...



Le jour où je vais disparaître, j'aurai été poli avec la vie car je l'aurai bien aimée et beaucoup respectée. 

Je n'ai jamais considéré comme chose négligeable l'odeur des lilas, le bruit du vent dans les feuilles, le bruit du ressac sur le sable lorsque la mer est calme, le clapotis. 

Tous ces moments que nous donne la nature, je les ai aimés, chéris, choyés. 

Je suis poli, voilà. Ils font partie de mes promenades et de mes étonnements heureux sans cesse renouvelés. 

Le passé c'est bien, mais l'exaltation du présent, c'est une façon de se tenir, un devoir. 

Dans notre civilisation, on maltraite le présent, on est sans cesse tendu vers ce que l'on voudrait avoir, on ne s'émerveille plus de ce que l'on a. On se plaint de ce que l'on voudrait avoir. Drôle de mentalité! 

Se contenter, ce n'est pas péjoratif. Revenir au bonheur de ce que l'on a, c'est un savoir vivre.

Olivier de Kersauson

| Voir la vidéo du jour ►   et   notre soleil du jour ►




lundi 13 août 2018

La joie de l'Espérance


« Dieu notre Père, loué sois-Tu pour la joie de l'espérance que Tu fais surgir en nous » :

« Dieu notre Père, loué sois-Tu pour la joie de l'espérance que Tu fais surgir en nous. 

N'es-Tu pas le Dieu qui nous accompagnes, le Dieu fidèle qui ne trahis pas Sa promesse, le Dieu puissant qui fais pour nous des Merveilles. 

C'est Toi qui as entendu les cris de Ton peuple, qui l'a conduit vers la liberté à travers les déserts sauvages et menaçants. 

C'est Toi qui as envoyé les prophètes dont la Parole a abreuvé les cœurs assoiffés d'espérance. 

C'est Toi qui as planté dans notre temps cet avenir merveilleux révélé en ton Fils Jésus : nous sommes faits pour vivre en plénitude. 

Nous T'en prions : 
quand la nuit se fait trop sombre ou trop longue, 
quand le poids des épreuves saigne notre courage, 
quand les questions sans réponse nous désorientent, 
envoie en nos cœurs ton Esprit, 
l'Esprit qui a fait surgir le Christ au sein de la Vierge Marie, 
l'Esprit qui L'a rempli de force et de sagesse, 
l'Esprit qui a fait toute chose nouvelle. 

Qu'Il allume en nous une espérance 
si forte qu'elle ne soit jamais ébranlée, 
si belle qu'elle attire les autres, 
si généreuse qu'elle nourrisse les plus pauvres, 
et si féconde qu'elle porte des fruits de joie et de paix dans notre vie ». 

Ainsi soit-il.

Père Georges Madore

| Voir la vidéo du jour ►   et   notre soleil du jour ►




dimanche 12 août 2018

Un coin de prière


La nature peut devenir notre coin de prière.
Dieu nous la donne pour nous refaire, nous reposer, nous guérir.

Elle nous stimule à revenir à notre cœur
et nous apprend à y séjourner comme dans une maison amie.

Dieu y a laissé les traces de Sa beauté pour nous attirer en Lui.

« Pour celui qui prie sans cesse, le monde entier devient Église »,
disait le moine orthodoxe Silouane. 

Je vous suggère cet exercice de Présence dans la nature où vous priez avec tous vos sens . 

Ainsi soit-il.


Jacques Gauthier
« Prières de toutes les saisons » page 61

| Voir la vidéo du jour ►   et   notre soleil du jour ►





samedi 11 août 2018

La petite musique de la joie



Comment jouer la petite musique de la joie ?

En jouant sur les notes suivantes : positiver, dédramatiser, prendre du bon côté, garder l'espoir, rester stoïque, s'attarder sur la face ensoleillée des êtres et des événements, poétiser aussi.

Ne pas laisser prise à la complication, qui éveille tout ce qui est trouble, obscur ou embrouillé.

C'est quand nous compliquons les choses que nous désertons la joie.

Dans le grand livre de ta vie, ouvre un chapitre intitulé : « Petits événements de rien du tout qui changent la vie du tout au tout ».

Fais collection de silences d'or. Ces instants précieux et chatoyants qui dansent comme des poussières de soleil et dont aucune parole ne saurait atteindre l'absolue plénitude.

François Garagnon,
(extrait du livre : Jade et les clins-Dieu de M. Saint Esprit - Edts Monte Cristo)

| Voir la vidéo du jour ►   et   notre soleil du jour ►




vendredi 10 août 2018

Le goût de vivre


Avons-nous le goût de vivre ? Il nous semble souvent qu’il nous faut justifier notre existence par notre travail. Surtout ne pas rester sans rien faire !

Qui se sent le droit et le goût d’exister simplement, sans travail, en savourant de vivre, en s’émerveillant de vivre et de tout ce qui vit autour de nous et que nous ne remarquons plus ? Que d’êtres absents d’eux-mêmes, tout extériorisés, tout gaspillés à leurs tâches, vivant par procuration la vie des autres pour s’excuser de ne pas vivre la leur !

Nous considérons notre vie comme un sac dans lequel nous entassons occupations, distractions, déplacements, obligations pour le remplir. Mais le temps n’est pas rempli par ce qu’on y met. Il se remplit par la conscience que nous prenons de notre vie, par notre attention à la vie, par notre goût et notre respect de la vie.

Si tant de nos contemporains affirment que la vie, leur vie, n’a pas de sens, est absurde, c’est qu’il est impossible de trouver ce sens avant d’avoir goûté la vie, aimé la vie, vécu sa vie. La vie n’a pas de sens hors d’elle si elle n’a pas d’abord un sens, un goût en elle-même.

Inventer son existence, vivifier ses relations, renouveler son amour, garder son âme vivante, c’est créer une œuvre d’art tous les jours.

La vie est dure, pressante, rapide. Il est si facile de se laisser entraîner par elle en nous protégeant de ses coups par l’inconscience et la médiocrité. Il nous faut nous retirer, prendre un recul vis-à-vis d’elle pour être capable de la créer et de la goûter de nouveau. Proust dit que Noé ne contempla jamais si bien le monde que lorsqu’il ne l’aperçut plus que par la lucarne de l’arche. Alors, un sommet de montagne, un vol de colombe, un rameau vert, il les voyait comme pour la première fois.

Louis Evely , " chaque jour est une aube"

| Voir la vidéo du jour ►   et   notre soleil du jour ►




jeudi 9 août 2018

Optimisme volontaire


L’homme peut être pessimiste de nature,
et optimiste de volonté.
Bien sûr, il existe l’optimiste béat, du moment présent,
fait de bonne santé, de beau temps ou de beau soleil…
Mais fugitive est son humeur…

Je préfère l’optimiste volontaire,
pas à tous crins, mais conscient,
qui dans chaque être, chaque événement,
cherche le bon côté,
celui qui peut relativiser toutes menaces…
Solide est son humeur…

Il a cette liberté, de l’intérieur,
qui le tire des sables mouvants
pour envisager l’au-delà du moment présent,
sans être aspiré par le rêve de sa situation précaire.
Il est celui qui espère, et qui sait, par expérience,
que même le mal peut être transformé.

Il est agissant, pour rassembler et pacifier,
donner l’harmonie, apporter l’espoir au présent ,
comme neuf et nouveau chaque matin,
Il recommence avec le jour, avec la pesanteur,
mais avec toute l’expérience du passé.
Ni très exubérant, ni nécessairement drôle,
il est simple, discret, souriant.
Il passe comme un sourire.

C’est si bon, quelqu’un qui sait être heureux !
Crois-tu le devenir ?

D’autres aimeraient tant venir s’y réchauffer !
Ce n’est pas une simple question de tempérament,
c’est une action consciente et réfléchie.
Veux-tu le devenir ?

Claude,
bénévole

| Voir la vidéo du jour ►   et   notre soleil du jour ►




mercredi 8 août 2018

Merci Marie


Je te salue, Marie,
toute donnée à Dieu,
ouverte à la Vie,
par un « oui » généreux..

Terre d'accueil du  Verbe
dans la foi, cœur en feu,
en toi s'enracine la promesse,
prend corps le Fils de Dieu...

Silencieuse  face au mystère,
tu enfantes l'Envoyé,
tu le donnes à tous tes frères,
dans la joie, sans rien garder...

Je te salue  Marie,
pour l'audace  de ton « oui ! »
pour  Jésus, Vie  de nos vies,
je te chante  mon  « merci ! »


Bernadette  Thésin


| Voir la vidéo du jour ►   et   notre soleil du jour ►




mardi 7 août 2018

Au dedans de ton âme



Nous portons notre Ciel en nous, il me semble que j'ai trouvé le Ciel sur la terre puisque le Ciel c'est Dieu et Dieu est dans mon âme. 

Faire oraison, c'est descendre peu à peu dans ce jardin. 

Le jour où j'ai compris cela, tout s'est illuminé en moi, et je L'aime passionnément. 

Il faut que tu bâtisses une petite cellule au-dedans de ton âme: tu penseras que Dieu est là et tu y entreras de temps en temps.

Sainte Élisabeth de la Trinité

| Voir la vidéo du jour ►   et   notre soleil du jour ►




lundi 6 août 2018

« Je T'aime, peut-être pas comme je voudrais, mais je T'aime ! »



« Je T'aime, peut-être pas comme je voudrais, mais je T'aime ! » 


Dans la paix du cœur se dissipent les inquiétudes sur soi-même et tu vas jusqu'à découvrir à quel point tu te réalises dans une vie donnée. Tu t'interroges : mais où est la Source à laquelle puiser un tel élan ?  Elle est dans la mystérieuse présence d'un Amour. 

Le plus important pour toi est de découvrir que Dieu t'aime. Là est la Source. Et son Amour est présence et pardon. Il t'aime, même si tu penses ne pas L'aimer. Et viendra un jour où tu Lui diras : « je T'aime, peut-être pas comme je voudrais, mais je T'aime ! » 


Par son Esprit Saint, le Ressuscité traverse, pour le transfigurer, même le plus déconcertant en toi. Les pessimismes que tu portes sur toi-même se dissolvent. Fais la chasse aux impressions sombres que peut secréter l'imagination. Et s'éclaire la paix du cœur. 

Chante mon âme : « je suis au Christ, je suis du Christ ! » 

Imperceptible changement au-dedans, la transfiguration de l'être se poursuit au long de l'existence. Elle donne de vivre dans le moment présent, elle fait de chaque jour un aujourd'hui de Dieu. Déjà sur la terre, elle est le commencement de la Résurrection, le début d'une vie qui n'a pas de fin. 

Pensais-tu qu'en toi le sable d'un désert avait recouvert l'amour ? 

Des déserts intérieurs, il y en a. Mais est-il nécessaire de s'y arrêter ? Sur une terre aride fleurit l'amandier. 

Et s'il y avait moins de déserts qu'on le suppose. 

Ainsi soit-il. 

Frère Roger de Taizé (1915-2005)

| Voir la vidéo du jour ►   et   notre soleil du jour ►