Apprends-nous à déposer notre « oui » dans le tien, nous, membres de ton Église :
en paroisses ou en communautés, retirés au désert, enfouis dans le monde ou en mission...
multiples visages qui reflètent la diversité des appels que tu déposes en nous...

Don Bosco nous dit :


  | Don BOSCO nous dit:


abonnement

|   Formulaire d'abonnement à nos publications   ►

Utilisez ce formulaire pour préciser le type d'abonnement souhaité parmi nos différents services (gratuits) de publication.

W-E CoopBelsud 2020 - FARNIÈRES du 20 au 22 mars
INVITATION




lundi 17 février 2020

La prière


« La prière nous fait entrer dans l'agapè de Dieu. À partir du moment où nous commençons à prier, il se produit un sentiment de paix et d'assurance que nous ne sommes pas seuls. Une sorte de connivence s'établit entre Dieu et nous. Cela va parfois jusqu'à une tendresse infinie qui envahit tout notre être. 

Nous sentons alors comme une invitation à placer nos blessures quotidiennes entre les mains aimantes et compatissantes de Dieu. La prière devient ainsi un acte de confiance et d'abandon. 

Dieu respecte toujours notre liberté. Ce qui nous permet de formuler la consigne suivante susceptible de guider toute notre vie. « Fais de ton mieux, puis laisse Dieu agir » 

La prière nous délivre du voile de la peur. Elle contribue à chasser le chagrin existentiel. Les angoisses auto-générées s’évaporent et on connait alors un merveilleux apaisement. C’est ce qu’on appelle la sécurité dans l’amour divin qui nous fait trouver le repos, la paix et la quiétude en Dieu dans le monde agité d’aujourd’hui. »

Jean Paul Simard
Extrait  du livre « Renaître des pertes de la vie »

| Voir la vidéo du jour ►   et   notre soleil du jour ►




dimanche 16 février 2020

Les gouttes d'Amour


« Ne vous imaginez pas que l’Amour, pour être vrai, doit être extraordinaire. Ce dont on a besoin, c’est de continuer à aimer.  

Comment une lampe brille-t-elle, si ce n’est par l’apport continuel de petites gouttes d’huile ?  Qu’il n’y ait plus de gouttes d’huile, il n’y aura plus de lumière, et l'Époux dira : « Je ne te connais pas ».

Mes amis, que sont ces gouttes d’huile dans nos lampes ?

Elles sont les petites choses de la vie de tous les jours : ma joie, la générosité, les petites paroles de bonté, l’humilité et la patience, simplement aussi une pensée pur les autres, notre manière de faire silence, d’écouter, de regarder, de pardonner, de parler et d’agir.  Voilà les véritables gouttes d’Amour qui font brûler toute une vie d’une Vive Flamme.

Ne cherchez donc pas Jésus au loin ; il n’est pas que là-bas, il est en vous.  Entretenez bien la lampe et vous le verrez. »

Mère Térésa

| Voir la vidéo du jour ►   et   notre soleil du jour ►




samedi 15 février 2020

Son nom est "Jésus"


On le voit figé comme un monarque :
Il est ardent comme un berger. 
On le croit initiateur de l'Inquisition :
Il en est la victime. 
On l'incrimine d'être une bouée de sauvetage :
Il nous apprend à nager.
On prétend qu'il est "quelque chose au-dessus de nous" :
Il est quelqu'un au-dedans de nous. 
On le cherche chez les justes :
Il loge chez les pécheurs. 
On le cherche dans les chaires de théologie ;
Il est assis dans l'herbe au banquet des amoureux. 
On le cherche tenant dans la main la foudre et le fléau :
Il joue une sardane avec un "roseau froissé". 
On le cherche dans un cimetière :
Il accompagne sur le chemin deux voyageurs égarés. 

On veut le cerner dans le filet des mots :
Il se pose sur le sourire des enfants.

Aiguisons notre écoute pour le recevoir en vérité

Stan Rougier

Message du Recteur Majeur : LA FORCE DE L’AMOUR

Le mois que nous commençons est marqué par le début du Carême, en préparation à la Pâque du Seigneur. Après l’intervalle joyeux du Carnaval, l’Église nous propose les signaux routiers qui nous guident sur notre chemin vers Pâques : la prière, le jeûne et la charité.   
Lire la suite

| Voir la vidéo du jour ►   et   notre soleil du jour ►




vendredi 14 février 2020

Si l'amour est un son...

Bonne fête !


Si l'amour est un son, ma parole le chante,
Ma poitrine le hurle si l'amour est un cri,
Si l'amour est silence, mon souffle le retient.

Si l'amour est un geste, tout mon être le danse,
Mes mains l'ont buriné si l'amour est statue,
Si l'amour est un mot, ma plume le formule.

Si l'amour est rocher, j'y repose ma tête,
Et j'y plane léger si l'amour est un ciel,
Si l'amour est un lac, j'y flotte entre deux eaux.

Mais si l'amour c'est toi, tout le passé s'éclaire,
Et le présent n'a plus de mystère pour moi,
Et je crois en demain puisque l'amour c'est toi.

Jean David

| Voir la vidéo du jour ►   et   notre soleil du jour ►




jeudi 13 février 2020

Monsieur « On-Dit »


Vous ne le connaissez pas, je ne le connais pas. Il existe, mais personne ne l'a jamais rencontré.  Monsieur « On-Dit » se faufile dans le monde où « ça cause », dans un salon, autour d'une table. Il chuchote plus qu'il ne parle, sur le ton de la confidence, par allusion ou par insinuation : « Je n'irai pas jusqu'à dire que... » Il baigne dans le « clair-obscur », il balance entre la demi-vérité et le demi-mensonge. Son langage est crépusculaire, les mots se couvrent d'ambiguïté, deviennent pervers. Il n'a rien du vulgaire colporteur de cancans. Il est un prestidigitateur élégant entre les mains duquel la moindre parcelle de vérité sert de caution à une fausse conclusion, à un mensonge, à une calomnie. Il feint de ne pas juger, il ne s'engage pas, il ne « se mouille » pas : « Ne trouvez-vous pas que... » C'est l'autre qui est convié à passer de la suggestion à la conviction, à devenir plus que son complice, l'auteur de sa nouvelle.

Monsieur « On-Dit » se complaît dans un monde fendillé, où le mal suinte de partout. Il ne peut voir le bon côté des hommes, celui qui brille au soleil de Dieu, il ne repère que les ombres, les versants glacés et impraticables. Il habitue son interlocuteur à ne flairer que le mal, à imaginer que tout est mal.

Être ainsi blessé sans connaître sa blessure, la pire des blessures, la seule mortelle. Monsieur « On-Dit », frivole ou cruel, si vous êtes le plus perfide des criminels, c'est parce que chacun de nous est peut-être devenu sans le savoir votre victime.  

Cardinal Roger Etchegaray 

| Voir la vidéo du jour ►   et   notre soleil du jour ►




mercredi 12 février 2020

L'échec


Il est temps d'admettre que ; non seulement l’échec n'est pas un drame, mais qu'il peut bien souvent devenir un événement positif. 

Son premier atout, qui est loin d'être négligeable, consiste à nous remettre dans une attitude d'humilité face à la vie. Il nous contraint à accepter la vie telle qu'elle est et non pas telle que nous la voulons ou la rêvons. La vraie souffrance, comme je l'ai rappelé à la suite des philosophes stoïciens, mais aussi taoïstes, naît de notre résistance au changement, au mouvement de la vie, à son flux. Alors, réjouissons-nous quand il y a des hauts; et quand des bas se présentent, acceptons-les et faisons en sorte qu'ils nous servent de tremplin. 

En ce sens, je considère nos échecs comme autant de maîtres spirituels, c'est-à-dire de guides qui nous aident à rectifier notre trajectoire. Ils appartiennent à la loi de la vie, et je pense que leur présence, qui nous est naturellement désagréable sur le moment, est néanmoins indispensable à la globalité de notre parcours. 

Pour qu'ils soient de vrais maîtres, néanmoins nous devons transformer le regard que nous portons sur eux. Plutôt que vivre chaque échec comme un drame, entendons-le comme l’occasion d’un éveil, d’une prise de conscience. 

Essayons d’en tirer des leçons plutôt que de perdre notre énergie à ressasser ses causes et ses conséquences. Considérons d’emblée que la difficulté qui nous frappe n’est pas un drame, mais une occasion de réfléchir à notre vie, de l’appréhender autrement. 

Frédéric Lenoir 
Extrait de « Petit traité de vie intérieure »

| Voir la vidéo du jour ►   et   notre soleil du jour ►




mardi 11 février 2020

Naître dans un regard


Jamais vous ne pourrez vous voir vous-même dans un miroir. Un miroir peut être utile à votre toilette, voire indispensable, mais ce n'est pas dans un miroir que vous trouverez la révélation de vous-même. Vous ne pouvez pas vous regarder priant dans un miroir, vous ne pouvez pas vous voir comprenant dans un miroir. Votre vie profonde, celle par laquelle vous vous transformez vous-même, est une vie qui s'accomplit dans un regard vers l'autre. Dès que le regard revient vers soi, tout l'émerveillement reflue et devient impossible. Quand on s'émerveille, c'est qu'on ne se regarde pas. Quand on prie, c'est qu'on est tourné vers un Autre. Quand on aime vraiment, c'est qu'on est enraciné dans l'intimité d'un être aimé. 

C'est cela, le miracle de la connaissance authentique. C'est dans ce mouvement de libération, où nous sortons de nous-mêmes, où nous sommes suspendus à un autre, que nous éprouvons toute la valeur et toute la puissance de notre existence, c’est dans ce regard vers l’autre, que nous naissons à nous-mêmes.

Maurice Zundel

| Voir la vidéo du jour ►   et   notre soleil du jour ►




lundi 10 février 2020

Un moine sculpteur


Il y avait dans un monastère un moine très doué pour la sculpture. Dans une bûche de pommier (c'est un bois si agréable à travailler et qui sent tellement bon) il avait taillé une magnifique statue de la Vierge Marie, d'une telle beauté, d'une si grande finesse que l'évêque en personne avait tenu à l'en féliciter personnellement.

- Oh ! C'était très facile, répondit modestement le moine, je me suis contenté de retirer ce qui était en trop.

De même, notre vraie nature divine est présente en toute situation : pour la connaître il suffit de retirer tout ce qu'il y a en trop : l'égoïsme, la cupidité, la haine, le mauvais vouloir, les préjugés, la stupidité, etc. etc.

- Mon enseignement est simple, dit Lao Tseu, mais personne ne peut le suivre.


| Voir la vidéo du jour ►   et   notre soleil du jour ►




dimanche 9 février 2020

Chante !


Chante le jour
Vis l’humble labeur du quotidien
Avec ses joies, peines, difficultés, projets, imprévus…
Creuse la minute présente…

Chante la nuit
Résonne les notes noires, les tons en bémol
De l’injustice, des guerres, des exclusions,
De la marginalité, de la misère.
Clame et suscite le partage…

Chante les larmes
Des hommes, des femmes, des jeunes, des enfants
Blessés, meurtris, abîmés, abandonnés
Dans leur corps, leur cœur, leur esprit, leur dignité.
Marche à leur rencontre.
Tends une main fraternelle.
Que ton cœur soit pour eux
Une vaste demeure…

Chante le pardon
Goûte le bonheur d’un cœur miséricordieux.
Trace des chemins de paix, d’harmonie, de bienveillance.
Crée, renforce ce qui unit, rassemble…

Chante le silence
Ecoute le silence habité d’une présence,
Celle de ton Seigneur.
Écoute le murmure de sa voix,
La brise de sa parole…

Auteur inconnu

| Voir la vidéo du jour ►   et   notre soleil du jour ►




samedi 8 février 2020

Rêver !



« Ne cesse jamais de rêver !»

« N'aie pas la sottise de croire que la réalité est l'ennemie du rêve : le rêve et la réalité sont faits pour vivre ensemble, pour se stimuler l'un l'autre, pour exaucer les vœux et pour rendre heureux. Contrairement à ce qu'imaginent la plupart des Hommes, le rêve ne s'oppose pas à la réalité. Il l'embellit, il lui donne de la valeur, de la saveur et du fruit. Même si ta réalité n'est pas à la hauteur de ton rêve, c'est ton rêve qui en aura révélé la part la plus délicate et la plus précieuse. Ton rêve d'aujourd'hui, c'est ta plus belle réalité de demain. Du moins, si tu continues d'y croire, sans jamais te résigner. La seule limite de tes réalisations de demain, c'est ce que tu t'interdis de rêver aujourd'hui ! »


« Rêve !  Mais fais en sorte que ton rêve soit actif et corresponde à un idéal. Méfie-toi des formes dégradées du rêve : trop flou, c'est la rêverie (qui est platonique) ; trop bas, c'est la rêvasserie (qui est stérile) ; trop haut, c'est l'utopie (qui est l'impossible rêve). Vois-tu, la rêvasserie, ça consiste à tuer le temps. Mais le rêve, s'il est incarné, s'il est fécond, cela permet au contraire de rendre le temps extraordinairement vivant. »

« Rêver est un acte de foi. C’est croire possible quelque chose qui n’est pas encore réalisé. C’est croire sans preuve, sans garantie de résultat. C’est oser imaginer que le rêve d’un seul Homme peut changer le monde. Non pas pour le plaisir de rêver, mais parce que c’est vrai. »

« Rêver jusqu’à faire de cet élan un flot qui grossit, et qui renverse les digues du scepticisme, de la froide raison, des retenues et des égoïstes. Rêver follement, dans une surabondance d’amour. Ne vous contentez pas de faire de votre vie un petit filet d’eau : devenez cascade ! Rêver, à en avoir des insomnies de joie ! »

François Garagnon
« Jade et les clins-Dieu de M. Saint Esprit » (Extraits) Éditions Monte-Cristo

| Voir la vidéo du jour ►   et   notre soleil du jour ►