Apprends-nous à déposer notre « oui » dans le tien, nous, membres de ton Église :
en paroisses ou en communautés, retirés au désert, enfouis dans le monde ou en mission...
multiples visages qui reflètent la diversité des appels que tu déposes en nous...

Don Bosco nous dit :


  | Don BOSCO nous dit:





jeudi 13 septembre 2018

Dans le silence




Dans le silence, tout l'homme devient écoute, et il commence alors à être plus humain. 

Ce ne sont pas les bruits et les agitations diverses qui nous font prendre conscience de qui nous sommes ni de vers qui ou vers quoi nous allons, ni du sens à donner à notre existence, non, c'est ce silence intérieur qui nous trouve, nous retrouve, nous fait accoucher de nous-mêmes, nous met au monde et nous engendre à notre vocation.


Catherine Aubin,
Les fenêtres de l'âme. p.50.

| Voir la vidéo du jour ►   et   notre soleil du jour ►

1 commentaire:

  1. Myriam de Terwangne13 septembre 2018 à 07:48

    Merci à Soeur Catherine Aubin op, Soeur Dominicaine et théologienne pour cette belle évocation du silence !
    En écho , quelques mots- clefs de cette page : ECOUTE, SOURCE , RÊVES , FRERE.
    Bonne promenade boisée au Parc Saint Martin à Comblain

    Bonne fête Aimé , Aimée

    Excellente journée


    LES SAVEURS DE LA PRIERE
    Soeur Catherine Aubin , Editions Salvator
    https://www.youtube.com/watch?v=npRqicafjvk


    ECOUTE EN TOI LA SOURCE
    et
    UNE SOURCE COULE EN TOI

    https://www.youtube.com/watch?v=l6iBOups0RU

    https://www.youtube.com/watch?v=XonzLu2sPUY


    A MILLION DREAMS, par la Chorale One Voice Children' s choir
    Magnifique chanson !
    https://www.youtube.com/watch?v=sr9QjaB83YA

    «  Le Parc Saint Martin «  à Comblain
    ART ET NATURE A COMBLAIN ,
    Une balade ludique et poétique
    avec 34 sculptures monumentales en pierre
    une vidéo de deux minutes
    https://www.rtc.be/video/info/divers/balade-de-2km-autour-des-sculptures-a-comblain_1498276_325.html

    PERE JEAN DEBRUYNNE

    Mon frère n' est jamais un fardeau
    Hier le soleil s’inclinait, il allait s’enfoncer sous la terre. Il s’est arrêté une dernière fois sur le seuil de la savane pour laisser à chacun le temps de rentrer. Celui-ci avec son outil, cet autre avec ses effets dans les yeux, celle-là avec ses mangues, ceux-là avec leur brassée de bois. Une petite fille portait son petit frère sur son dos. Je lui ai dit :
    «Quel fardeau pour une petite fille !»
    Elle m’a répondu :
    «Ce n’est pas un fardeau, c’est mon frère…»
    Vous avez entendu, vous autres les sages: la vérité sort de la bouche des enfants. «Mon frère n’est pas un fardeau.»
    Mon frère n’est jamais un fardeau !
    Père Jean Debruynne -

    RépondreSupprimer

Les commentaires de ce blog font l'objet d'une modération et sont publiés après vérification de leur contenu.